2013-12-31

FRUITS DE VIGNE: Émilie Gamelin et sa Mission Prophétique

 Bien avant nous, une femme Mme Émilie Gamelin) a jeté un long regard sur les souffrances de ses        compatriotes et, telle une vigne qui étend ses sarments, elle a multiplié sa présence, son appui, son action, pour leur permettre de croître et de devenir pleinement, par leur vie, une hymne au Dieu qui fit l'univers,

"Elle a considéré un champ et l'a acheté; du fruit de ses mains elle a planté une vigne" (Prov., 31, 16).

 Le Montréal de 1800, comme la vigne, étend lui aussi ses ramifications. Mais, du haut de l'imposant Mont-Royal, on ne peut soupçonner ce que la ville cache de souffrances multiples, de cœurs brisés et broyés.

         Une population indigente gémit en certains quartiers; des hommes, des femmes, des enfants même n'ont d'autres chances de survie que ce qu'on veut bien leur donner.
     
Cette femme s'est engagée d'un pas alerte sur la route des sans-pain, des sans-logis, des sans-voix. Émilie Tavernier-Gamelin a entendu leur appel, elle a voulu vivre pour eux et avec eux le reste de ses jours. Elle est née tout près d'eux, et elle les a vus bien des fois frapper à la porte de sa demeure. Elle a grandi en apprenant à accueillir ceux et celles qui ont faim, qui connaissent la solitude et le manque d'amour. Épouse et mère, elle a connu des heures de joie, mais aussi des heures bien sombres puisque son époux et ses trois enfants sont morts en moins de cinq ans. Marie, Mère de compassion, s'est alors révélée à elle et, en femme courageuse, elle s'est engagée à sa suite, et comme laïque et comme religieuse, sur les voies d'une compassion agissante.

 Près de la Vierge du Bon Secours, Madame Gamelin venait raviver ses forces. Puis, vaillante, elle se rendait au marché quêter pour ses protégés. Quelle joie pour elle de leur donner du pain, avec un bon sourire et une parole de réconfort.

2013-12-14

DES STATISTIQUES POUR NOVEMBRE

DES STATISTIQUES POUR VOUS INTÉRESSER

268 VISITES ont été effectuées au cours du mois.
585 PAGES ont été lues.

Depuis le début du blog d'Émilie, 28 904 pages ont été lues, par des visiteurs qui viennent du Canada, de France, des États-Unis, de Russie, d'Allemagne, et bien d'autres pays.


Émilie Gamelin suscite toujours un grand intérêt et une motivation à se préoccuper des personnes démunies,
à se nourrir de sa spiritualité et à l'imiter dans une mission de compassion.

Th.

2013-12-05

ÉMILIE GAMELIN AU CŒUR DU FAUBOURG ST-LAURENT


Faubourg, une expression ancienne, pour décrire simplement un territoire délimité par un usage populaire; c’est un espace vécu, une réalité sociale, un noyau d’habitat, c’est un terme purement descriptif, sans administration spécifique ou politique.

L’émergence des faubourgs au 18e siècle, est le fruit des initiatives de promoteurs fonciers qui acquièrent des propriétés rurales pour les subdiviser et les lotir. Le processus de développement des faubourgs est lent et le véritable envol ne se produit qu’après 1760.

En 1800, année de naissance d’Émilie, Montréal comptait 7 faubourgs, celui de sa famille avait pour nom le Faubourg St-Laurent, il s’impose rapidement comme le plus important des faubourgs montréalais et, au début du 19e siècle, sa population dépasse celle des autres faubourgs réunis. À partir des années 1820, de nouvelles implantations s’amorcent, elles répondent d’abord aux besoins vitaux de la population locale : un marché, des lieux de culte, des écoles pour les enfants.

La forte présence anglo-protestante contribue à la multiplication des églises, les immigrants allemands et juifs y ont leurs lieux de culte. Chez les catholiques, les Sulpiciens veillent au bien-être des fidèles et, dans les années 1823-1825, l’évêque de Montréal fait construire sa cathédrale, l’église St-Jacques, à l’angle des rues St-Denis et Ste-Catherine, au cœur du faubourg St-Laurent.

L’enseignement primaire se développe lentement. Avec l’arrivée des Frères des écoles chrétiennes dans le quartier, en 1840, des écoles élémentaires paroissiales sont établies pour les jeunes garçons francophones, l’éducation des filles sera l’œuvre des Sœurs de la Providence, présentes à l’école St-Jacques. De fait, le quartier accueille aussi les communautés religieuses et les œuvres d’assistance dont les Sœurs de la Providence, en 1843, année où sera construite l’Asile de la Providence, berceau de la Congrégation, le noviciat, l’accueil des vieillards et des orphelines.

L’œuvre d’Émilie Gamelin, commencée après le décès de son époux et de ses enfants, en 1828, s’est poursuivie, à titre de laïque pendant 15 ans et développée, jusqu’à nos jours, grâce à ses filles, les Sœurs de la Providence, les personnes asssociées, amies et collaboratrices à travers le monde.

Le faubourg St-Laurent a été un territoire façonné par l’histoire et par l’imaginaire des Montréalais; aujourd’hui, sous un autre nom, c’est un espace qui porte les traces des combats et des rêves de ses habitants, c’est un lieu au riche passé et aux identités plurielles.»

Rosario Demers
Une histoire illustrée du faubourg Saint-Laurent, 2009

2013-11-25

LA VIE D’ÉMILIE… UN CHEMINEMENT DANS LA FOI

EN TERMINANT L’ANNÉE DE LA FOI

Dans son plan d’amour, le Seigneur a tracé la route qui acheminait Émilie vers la réalisation d’une mission :

Au moment des deuils multiples qu’elle a connus, le OUI de l’acceptation généreuse la conduisit à une communion profonde avec la Vierge au pied de la Croix.

Après le décès de son époux et de ses enfants, Madame Gamelin choisit le célibat et s’engage, par vœu privé, à continuer de servir les pauvres le reste de sa vie. Le OUI de la compassion la fera Mère des pauvres, femme au cœur attentif, une vraie Providence.

Par le OUI d’une présence discrète, Émilie soignera les malades, les accueillera chez elle, les réconfortera et visitera les prisonniers, comme laïque engagée, durant quinze ans.

Le OUI du courage affermit la décision d’Émilie. Elle deviendra religieuse et pour ses filles, les Sœurs de la Providence, elle deviendra fondatrice.

Émilie souffrira dans son corps, dans son cœur, dans son âme. Mais le OUI de la force la gardera debout dans l’épreuve.

Son dernier OUI, celui de l’amour la conduit vers le Royaume, où l’attendent tous ceux qu’elle a servis comme ses maîtres et ses seigneurs.

Yvette D.
Échos d’Émilie (extraits)

2013-11-19

Une dévotion chère à Émilie Gamelin : la Vierge des Douleurs

Voici comment réciter le chapelet des sept douleurs :
- Sur la médaille, on énonce le mystère, la douleur infligée à Marie.
On récite ensuite un Notre-Père.
- Sur les 7 grains qui suivent, on récite 7 Je vous salue Marie.
- Après chaque "Je vous salue Marie", on récite l’invocation suivante :
«Priez pour nous Vierge de douleurs
que nous soyons dignes des promesses de Jésus-Christ. »

- On termine le chapelet sur les trois grains isolés avec 3 "Je vous Salue Marie " et 1 "Notre Père" sur la médaille principale.

V. Ô Dieu, venez à mon aide!
R. Seigneur, hâtez-vous de me secourir!

Voici les 7 douleurs, dans l’ordre :
1. Le vieillard Siméon annonce à Marie que son fils sera en butte à la contradiction. (Lc 2, 34-35)
2. Le massacre à Bethléem et la fuite en Égypte. (Mt 2,13-18)
3. La disparition de Jésus à douze ans. (Lc 2,41-52)
4. Marie voit son fils chargé de la croix. (Mt 27, 31-32)
5. Marie debout au pied de la Croix. (Jn 19,25-27)
6. Marie reçoit le corps inanimé de son Fils. (Jn 19,38-40)
7. Marie au tombeau de Jésus. (Jn 19,41-42)
Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit, comme il était au commencement, maintenant et toujours, et pour les siècles des siècles. Ainsi soit-il!

1. Ô Mère des douleurs, je compatis à la souffrance qui accabla votre coeur très aimant lors de la prophétie du saint vieillard Siméon en laquelle vous fut révélée toute l’ampleur de vos peines à venir : par votre coeur si éprouvé, obtenez-moi, Vierge très aimable, la grâce d’adhérer toujours plus parfaitement à la sainte volonté de Dieu.
Je vous salue Marie etc...

2. Ô Mère des douleurs, je compatis à l’angoisse qui étreignit votre coeur si sensible lors de la fuite en Egypte et du séjour en ce pays étranger où vous viviez, pauvre et méprisée : par votre coeur anxieux, obtenez-moi, Vierge très aimable, la grâce d’un abandon filial et confiant à la divine Providence.
Je vous salue Marie ...

3. Ô Mère des douleurs, je compatis à la peine profonde dont votre coeur soucieux fut saisi lors des trois jours de la perte de votre Enfant à Jérusalem : par votre coeur si inquiet, obtenez-moi, Vierge très aimable, la grâce de craindre par dessus tout d’être séparé de l’amour de mon Dieu.
Je vous salue Marie ...

4. Ô Mère des douleurs, je compatis à l’abattement qui s’empara de votre coeur lors de la rencontre avec Jésus portant sa Croix vers le Calvaire : par votre coeur si éprouvé, obtenez-moi, Vierge très aimable, la patience dans les épreuves et la persévérance dans le bien malgré toutes les contradictions.
Je vous salue Marie ...

5. Ô Mère des douleurs, je compatis à la très amère passion que souffrit votre coeur généreux lorsque, debout au pied de la Croix, vous assistiez à l’agonie de Jésus et que vous entendîtes le cri déchirant dans lequel il rendit l’esprit : par votre coeur martyrisé, obtenez-moi, Vierge très aimable, la grâce d’une douce compassion aux peines et souffrances de mes frères.
Je vous salue Marie ...

6. Ô Mère des douleurs, je compatis à l’extrême souffrance qui déchira votre coeur maternel lorsque la lance ouvrit le Coeur de Jésus et que son corps pantelant fut déposé sur vos genoux : par votre coeur supplicié , obtenez-moi, Vierge très aimable, de savoir rendre amour pour amour au divin Coeur de votre Fils.
Je vous salue Marie ...

7. Ô Mère des douleurs, je compatis à la poignante tristesse qui submergea votre coeur de flots amers lorsque le corps de Jésus fut déposé dans le sépulcre : par votre coeur transpercé de sept glaives, obtenez-moi, Vierge très aimable, la grâce de ne jamais me décourager, quelque importantes que soient les ténèbres et l’adversité.
Je vous salue Marie...

V. Priez pour nous, Vierge très affligée.
R. Afin que nous soyons dignes des promesses de Jésus-Christ.
Oraison :
Nous vous en prions, Seigneur Jésus-Christ, qu’intercède pour nous auprès de votre clémence, maintenant et à l’heure de notre mort, la Bienheureuse Vierge Marie votre Mère, dont l’âme très sainte fut transpercée d’un glaive de douleur à l’heure de votre Passion. Ô Vous qui vivez et régnez avec le Père, dans l’unité du Saint-Esprit, Dieu pour les siècles des siècles.

Prière composée par Frère Maximilien-Marie – reproduction autorisée à condition d’en indiquer la source)
 

2013-11-14

Un nouvel épisode de la belle histoire d'amour d'Émilie Gamelin...

Ce fut dans le village de la Longue-Pointe que Mère Gamelin fonda sa première mission. Prévit-elle, dès ce moment , l'avantage que pourrait offrir cette situation .... : deux des œuvres les plus considérables des sœurs de la Providence ont pris naissance en ce lieu, celle des sourdes-muettes et celle des aliénés. Au printemps de l'année 1846, mère Gamelin alla installer deux de ses filles dans la maison de la ferme St-Isidore, pour y ouvrir une école élémentaire. La première année la classe comptait trente élèves.


Les sœurs exercèrent dans cette mission toutes les œuvres propres à l'institut: l'hospitalité des orphelines et des infirmes, la visite des malades, etc... Pour s'assurer des ressources, elles prirent, dès la première année, des élèves en pension, ce qu'elles firent jusqu'en 1870.


En 1847, mère Gamelin fit ajouter une allonge considérable à la maison, devenue trop petite.
En 1852, nos sœurs ouvrirent à cet endroit, un hospice d'aliénés. Les classes furent converties en cellules et dix-sept aliénés en prirent possession. Depuis l'adoption qu'elle avait faite, à la mort de son mari, du pauvre idiot Dodais, elle avait toujours porté un singulier intérêt à ces infortunés. Dieu bénit cet œuvre, comme toutes celles qu'elle a entreprises. Le petit hospice de St-Jean-de-Dieu, en compte en 1900, dix-sept cents.
Cette même année, la ferme St-Isidore donna l'hospitalité aux prêtres âgés ou malades, à qui l'infatigable charité de mère Gamelin avait ouvert, dès 1846, une maison de retraite.


Presqu'en même temps on fit appel à mère Gamelin pour ouvrir hospice à Laprairie qui se sentit d'autant plus inclinée à répondre à cet appel venait de la part de la société des dames de charité. Ces dernières avaient pris l'initiative de la visite et du soin des pauvres. Elles avaient même loué une maison pour y recevoir ceux qui n'avaient pas de demeure convenable.
C'est cette même maison que les dames remirent à mère Gamelin , le 15 mai 1846. Elle abritaient en ce moment huit vieilles infirmes. L'arrivée des sœurs causa une grande joie parmi les familles pauvres du village. Malgré le peu de ressources de cette maison, qui dépendait uniquement de la charité publique, la fondation s'annonçait sous les plus heureux auspices... quand un incendie détruisit une partie du village dont une portion de l'hospice. Le feu s'arrêta à l'église.
Les sœurs et les pauvres infirmes, au nombre de quatorze, se réfugièrent au bord du fleuve. C'est là que notre vénérable mère, accourue dès le matin , les trouva au milieu de centaines de malheureux sans asile, groupés autour des quelques meubles et des quelques habits qu'on avait pu sauver du désastre.

Après avoir distribué autour d'elle, avec sa bonté et sa cordialité accoutumées, des consolations et des encouragements, la bonne mère repartit immédiatement pour la ville, ramenant à l'Asile les quatorze vieilles de l'hospice, pendant que les religieuses trouvaient refuge chez les sœurs de la Congrégation de Notre-Dame.
Mère Gamelin revint incessamment, accompagnée de sœur Caron, pour distribuer les secours les plus urgents à ces familles en détresse. Dans l'intervalle, des comités de secours s'organisèrent à la ville et dans les campagnes voisines, pour venir en aide aux incendiés. Nos sœurs furent chargées de distribuer les dons en argent, en aliments et en vêtements, et mère Gamelin, assistée de sœur Caron, présida dès le lendemain à la première distribution.
Les sœurs purent rentrer dans leur maison après les premières réparations , dès le 24 septembre; leurs pauvres les y suivirent au mois de novembre..


Cependant, la pauvreté de la maison ne cessait pas d'être extrême ; on y manquait parfois du nécessaire. Mère Gamelin fut sur le point de rappeler ses religieuses. Elle dut céder à leurs instances car elles ne pouvaient se résoudre à abandonner leurs pauvres.


Moins d'un an plus tard, mère Gamelin était forcée d'ouvrir dans cette mission une salle d'orphelines . Plusieurs de ces pauvres enfants abandonnés ne pouvaient que très difficilement trouver place dans d'autres établissements de charité. Pour subvenir aux besoins de ces nouvelles pensionnaires, les sœurs s'imposèrent un surcroît de travail et les plus grandes privations, jusqu'à se contenter pour leur nourriture, des restes des pauvres.
Deo Gratias

2013-11-09

UNE AGRÉABLE SURPRISE POUR LES SOEURS DE LA PROVIDENCE

Le 7e Gala Bellechasse, tenu le samedi 14 septembre à la
Maison de la culture de Saint-Damien, en présence de 180 personnes, a permis à la MRC de Bellechasse (entité administrative assurant la gestion régionale d'un regroupement de municipalités) de faire oeuvre de mémoire pour ceux et celles des siens qui se sont distingués.

Ce fut notamment le cas, à titre posthume, pour Soeur Bernarda Morin, baptisée sous le nom de Vénérance Morin, en 1832, à Saint-Henri(Québec). Le consul honoraire du Chili, Miguel Montérichard, a reçu la médaille au nom de la province chilienne de la Congrégation des Soeurs de la Providence.

En effet, le 17 mars 1880, la Congrégation des Soeurs de la Providence, du Chili, fondée par Soeur Bernarda Morin, avait été officiellement constituée par décret apostolique du Saint-Siège. Puis en 1970 l'institution chilienne est devenue une province de la Congrégation des Soeurs de la Providence. La fondatrice de la congrégation des Soeurs de la Providence du Chili est décédée le 4 octobre 1929, après 77 ans de labeur infatigable. Identifiée comme la "charité incarnée", cette Henriçoise aura présidé à l'édification de nombreux orphelinats et écoles au Chili. En 1926, alors que Mère Bernarda Morin était âgée de 93 ans, le président du Chili lui avait remis la Médaille du mérite, la plus haute distinction du pays, en remerciement pour son amour et son dévouement envers le peuple chilien. Des démarches sont présentement en cours pour sa béatification.

"Un nouveau parc de la ville de Québec portera le nom de Soeur Bernarda Morin; une plaque commémorative sera installée et je souhaite qu'il y ait ici, un jour, un petit monument pour souligner la contribution exceptionnelle de cette grande dame à l'humanité", conclut M. Montérichard.

(Centre International Providence)

2013-11-08

UNE HISTOIRE ET UNE OEUVRE À DÉCOUVRIR

Fondé en 1893 par les Soeurs de la Providence, l'Hospice Gamelin, qui porte aujourd'hui le nom de Centre d'hébergement et de soins de longue durée Émilie- Gamelin, a fêté cette année son 120e anniversaire. Bien que 120 ans se soient écoulés depuis sa construction, l'oeuvre entreprise par les Soeurs de la Providence, des femmes vouées au bien-être de la collectivité, se poursuit encore. C'est dans la joie que le personnel dévoué, qui compte plus de 200 employés et une cinquante de bénévoles avait organisé, du 27 au 31 mai dernier, plusieurs activités pour commémorer cet anniversaire. La semaine des festivités a débuté dans la magnifique chapelle du centre d'hébergement. L'aumônier Robert Paradis y a célébré une messe, qui a commencé avec le chant O Douce Providence. Des membres de la Congrégation des Soeurs de la Providence ainsi qu'une représentante du Musée des Soeurs de la Providenc(Centre Émilie-Gamelin), étaient au nombre des personnes présentes. Découvrez à travers cet article l'histoire d'une institution où le courage et l'amour se sont relayés pendant plus d'un siècle. (Nancy Prada et l'équipe)

2013-10-18

LA PROVIDENCE VEILLE....

A l'instar des dames de la cour de Louis X111 , qui se dépouillèrent spontanément de leurs joyaux pour secourir les enfants abandonnés dont St-Vincent-de-Paul venait de leur révéler éloquemment la détresse, madame Gamelin elle-même avait renoncé à tout ce qui pouvait sentir la vanité ou la mondanité.

Les travaux et les occupations nouvelles que lui créait cette multiplication d'activité charitable ne l'empêchaient pas de donner à ses vieilles le même temps et les mêmes soins affectueux et assidus qu'auparavant. Ses chères vieilles allaient être confiées aux Sœurs de Charité que l'évêque Mgr Bourget feraient venir de France. Elle se consolait en se disant que ses sœurs seraient pour elles de vraies mères comme elle voulait l'être elle-même. En attendant, elle continuait de les servir à table, de présider à leurs exercices de piété, de leur prodiguer ses attentions délicates et tendres.

Son âme généreuse trouvait une autre consolation à voir son zèle et son initiative multiplier au loin les fruits de charité que suscitait son exemple et celui de ses associées. Les paroisses de la campagne et des petites villes environnantes ne tardèrent pas, à l'exemple de Montréal, à organiser à leur tour des associations de dames de charité. Touchant exemple de la contagion du bien et de l'émulation chrétienne!

Un contretemps providentiel survint qui sembla devoir un instant renverser toute espérance et compromettre à jamais les fruits de tant d'efforts et de travail: les filles de Saint-Vincent de Paul ne pouvaient venir prendre la relève telle que le clergé le désirait. Ceci permit à Émilie Gamelin de conserver l'Asile de la Providence qui ainsi, fut l'origine de la Communauté des Sœurs de la Charité de la Providence. Elles seront appelées à subvenir à de nouvelles nécessités, à soulager d'autres souffrances et à compléter ainsi l'organisation de la vie religieuse dans notre cité, à la suite de Jeanne Mance, Marguerite Bourgeois et Marguerite d'Youville.

Source ?

2013-10-10

POUR VOUS INTÉRESSER...

Voici quelques statistiques des visites, au blog d’Émilie, pour le mois de septembre 2013 : 125 personnes sont venues saluer Émilie Gamelin, 4527 à date......... 31 personnes ont demandé de prier pour obtenir une faveur, 908 à date........ 80 personnes ont voulu prier la Providence et N.D. des Douleurs, 1663 à date. ... Des 297 visiteurs, 96 sont du Québec et autres provinces du Canada...... 136 sont des Etats-Unis........... 37 sont de la France ou autres pays francophones. ... Au cours du mois, 1562 pages du blog d’Émilie ont été lues et 26 674 pages à date. Le chapelet de N.D. des Douleurs est l’article le plus consulté : 2835 personnes à date, suivi d’un article sur la Bienheureuse Émilie : 2500 personnes à date.

2013-10-08

EN CE 12e ANNIVERSAIRE DE BÉATIFICATION D'ÉMILIE GAMELIN

... Non seulement Émilie a réfléchi la lumière, mais sa contemplation l'a faite ''pierre brillante'', Évangile en action. Elle fut dans sa personne une «maison de la Providence». Admirons en ce jour tout le service que Mère Gamelin a rendu et qu'elle poursuit aujourd'hui par ses compagnes, par de nombreuses personnes associées, amies, collaboratrices, qui ont compris que son charisme demeure un des plus puissants signes d'Évangélisation de notre monde. G.Chaput, homélie du 7 octobre 2013, extrait

2013-10-03

LES AUTOMNES D'ÉMILIE


Émilie entretient une correspondance avec sa cousine Agathe à qui elle confie dans une lettre datée du 18 juin 1822 qu'elle a « beaucoup de vocation [...] pour le couvent ». Elle ajoute dans cette même lettre : « les faros j'y renonce à jamais et au monde aussi. Je me fais religieuse vers l'automne ». Et pourtant, à la surprise générale, malgré la différence d'âge, Émilie Tavernier s'unit par le mariage avec Jean-Baptiste Gamelin, le 4 juin 1823.
Ces années d'heureuse union se terminent par la mort de Monsieur Gamelin le 1er octobre 1827.

L'Assemblée législative de la province du Canada reconnaît le 18 septembre 1841 l'existence légale du refuge de Mme Gamelin sous le nom d'Asile de Montréal pour les femmes âgées et infirmes. Peu après son retour de France, Mgr Bourget exprime le 16 octobre son intention de confier l'œuvre de Mme Gamelin aux Filles de la Charité de Saint-Vincent-de-Paul ; le même jour, les dames de la corporation de l'asile, dont Mme Gamelin, décident d'acheter un terrain pour y bâtir une maison à laquelle elles donnent le nom d'asile de la Providence. Le 27 octobre, elles élisent Mme Gamelin directrice de la corporation.

Le 8 novembre 1841, Mgr Bourget apprend que les Filles de la Charité de Saint-Vincent-de- Paul ne peuvent pas venir à Montréal. Il décide alors de fonder une communauté religieuse sur place et de confier à Émilie la direction du nouvel asile.

Le 6 novembre, sous l'impulsion d'Émilie sans doute, elles font l'achat d'un terrain borné par les rues Sainte-Catherine, Lacroix et Mignonne (boulevard de Maisonneuve), tout près du palais épiscopal.

En 1851, mère Gamelin s'occupe de régler les affaires de l'asile de la Providence. Cette année- là, une nouvelle épidémie de choléra sévit à Montréal. Celle-ci aura raison de la résistance physique de mère Gamelin qui meurt en moins de 12 heures le 23 septembre.

 Prière :

Donne-moi Seigneur Jésus d'accueillir

 et d'accepter les expériences de dépouillement

qui peuvent être chemin de croissance et d'enrichissement.

Ouvre mon cœur pour comprendre,

 
avec l'aide de l'Esprit-Saint et enseigne-moi

ce que tu veux me révéler.

Seigneur, sois toujours pour moi Celui  en qui je peux faire confiance,

Celui qui enrichit sans cesse mon jardin intérieur.

2013-09-23

Anniversaire du décès d'Émilie Gamelin (23 sept. 1851)


Émilie Gamelin : une femme insaisissable (Homélie du Père G. Chaput :23/09/13

Aujourd'hui il convient de rendre grâce pour cette femme insaisissable que fut, dans notre histoire, Émilie Gamelin. Rendre grâce pour le bien qu'elle a fait en tissant un maillage humain si serré avec les habitants de la périphérie qu'elle n'a perdu aucun de ceux que tu m'as donnés (Cf. Jn 18, 9).

Bien avant l'arrivée des réseaux sociaux actuels, cette femme initia en écoutant les joies et les espoirs, les tristesses et les angoisses de son temps (GS 1), un réseau de solidarité dont elle fut la tête dirigeante durant toute sa vie.  Ce matin, notre jubilation est de voir se poursuivre à travers une communauté, son entêtement à ne pas laisser sans voix les sans voix.

Femme insaisissable, contrairement aux us et coutumes de la nature humaine d'hier et d'aujourd'hui, elle n'a pas engrangé pour elle-même, ni comptabilisé à son profit tout ce qu'elle a entrepris pour donner voix aux sans voix. Elle était moins préoccupée à promouvoir sa renommée que par  sortir de la périphérie les laissés-pour-compte.

Femme insaisissable, vaillante, elle a fait voir à son entourage des vidéos qui n'intéressaient personnes. Elle n'était pas très empressée de garder pour elle des informations qu'on devait taire. Elle privilégiait plutôt de montrer ce qui ne se montrait pas. Ce qui ne se voyait pas. Elle a refusé de rayer de la carte ceux qui n'étaient pas montrables. Elle a porté une cause humanitaire, dirions-nous aujourd'hui. Personne autre que Dieu n'avait pouvoir sur elle parce que tout lui avait été donné d'en haut (cf. Jn 19, 11).

Elle a proposé de lancer le bouton : je n'aime PAS du tout. Elle n'a pas hésité à «retweeter» au quotidien, la passion de Jésus devenue sa passion, pour le peuple de la périphérie. Son seul péché, à elle et à ses «followers», fut d'incarner la bonne nouvelle en redonnant de la dignité à ceux qui vivaient en mode exclusion. Si notre regard aujourd'hui nous entraîne au péché de ne pas sortir, débranchons-le (Mt. 18, 8) pour le rebrancher sur sa manière de vivre.

Femme insaisissable, elle ne vivait pas selon ce mode humain si revendiqué aujourd'hui, de tout tourner, retourner vers nous-mêmes. Elle ne vivait et ne pensait qu'en mode divin, mode désappropriation d'elle-même,   d'abaissement et de renoncement kénotique. Son «je» était Le sien. Ce n'est plus moi qui vis (Gal 2, 20). Son âme contemplative lui a fait abandonner tout contrôle sur sa vie. Elle ne se souciait que de vivre à la mode Jésus, celle de porter droitement et fermement (Imitation de Jésus Christ, livre III) comme lui la volonté de son Père : offrir une parole salutaire, de salut à tous. 

Le Dieu de sa foi était son tout. Son époux. Incarner Jésus était son tout. Elle ne désirait rien d'autre que cela. Elle ne goûtait que cela. Elle n'avait de goût que pour Dieu qu'elle voyait en se tenant en périphérie. Elle n'a pas manqué d'huile (cf. Mt 25,1-13) ni contristé (Ep 4, 30) l'Esprit de Dieu dans sa manière de vivre. Elle vivait une grande paix et une imprenable joie intérieure. Sa vie fut un retournement de la nature et de ses tendances égoïstes en mouvement de grande compassion pour les autres. Elle fut PROVIDENCE DE DIEU.  C'est ce qui mesure la qualité de toute vie chrétienne.

Aujourd'hui, l'Église de chez nous peut la considérer avec quelques autres, comme une pionnière d'une église «sorteuse» que le pape François nomme plus éloquemment, celle de la périphérie, ce lieu moins que fascinant mais qui a tellement séduit, sa vie durant, Jésus de Nazareth. Émilie Gamelin voyait la beauté de l'Incarnation dans son contraire: les très-bas.

Cette femme insaisissable a conservé toute sa vie l'inquiétude (pape François) de chercher Dieu non pas par le chemin de l'union à Dieu mais plutôt par celui de l'imitation de Jésus. C'était pour elle plus que du mimétisme mais bien de devenir son image et ressemblance auprès de moins que rien. Seigneur allume en nos cœurs une charité toujours en éveil pour qu'à son exemple, nous soyons de plus en plus la providence des pauvres (Oraison). AMEN.

2013-09-17

Prière à Marie pour obtenir une faveur spéciale


Ô Marie, ma tendre Mère, ma puissante avocate, je me réfugie à vos pieds, je me jette entre vos bras; j'ai une grâce à vous demander; vous la connaissez... Je vous en supplie, ne me rejetez pas. Si mes péchés vous éloignent de moi, du moins que la confiance que j'ai en vous vous touche et vous porte à m'exaucer.

On n'a jamais entendu dire qu'aucun de ceux qui ont eu recours à vous et imploré votre assistance ait été abandonné de vous. N'y aurait-il donc que moi qui ne ressentirais pas les heureux effets de votre intercession? Ô Marie, montrez donc que vous êtes ma Mère. Obtenez-moi ce que je vous demande ; je vous en conjure par les douleurs que vous avez endurées au pied de la croix, par les larmes qui coulèrent de vos yeux. Ô Mère des Douleurs, venez à mon aide, et je ne cesserai de redire: Gloire, amour à Marie, dans tous les siècles des siècles. Amen.

Film Représentation de Notre-Dame-des-Douleurs
Les Servites de Marie C.P. 112. R.R.3 Gaspé, Que GOC 1R0

2013-09-10

Expériences d'amour compatissant pour les pauvres

En parcourant les deux salles d’exposition permanente du Musée des Sœurs de la Providence vous découvrirez une expérience humaine de l’amour compatissant, l'histoire d’Émilie Tavernier-Gamelin, la Grande Dame de Montréal. Les visites aux Patriotes à la prison du Pied du Courant, le soin des malades et de personnes âgés, l'œuvre de la Soupe et l'éducation aux filles sourdes, ne sont que quelques exemples de son œuvre.
Le Musée est situé au Centre International des Soeurs de la Providence, 12055, rue Grenet, Montréal. L’entrée est gratuite. Des visites guidées sont offertes sur rendez-vous et les visites libres peuvent se faire en tout temps, pendant les heures d’ouverture. Un personnel trilingue vous accueillera en français, anglais ou espagnol.
Pour informations : 514 334-9090 poste 223 ou nprada@providenceintl.org
Voir la video ci-dessous:

L’Hospice Gamelin. 120 ans après la fondation des soeurs de la Providence

En 1893, lors du 50e anniversaire de fondation de la Communauté, les Sœurs de la Providence, dont la Maison mère était située dans le quartier Ste-Marie à Montréal, créent un témoignage concret de charité: L’Hospice Gamelin. 120 ans se sont écoulés depuis cette fondation et le Centre d'hébergement Émilie-Gamelin poursuit encore l'œuvre entreprise par ces femmes vouées au bien-être de la collectivité.
Découvrez à travers cette vidéo l’histoire d’une institution ou le courage et l’amour se sont relayés pendant plus d’un siècle. Pour visionner la vidéo sur ce sujet, cliquer sur le lien ci-dessous:

Refuges ouverts par Émilie Gamelin

Œuvre de Mme Marie-Claude Béland, Archives des Sœurs de la Providence

2013-09-02

Bénédiction d'Émilie Gamelin

BÉNÉDICTION d'Émilie Gamelin ET DUNE PIONNIÈRE PROVIDENCE

Cette bénédiction est une adaptation de citations de Mère Joseph du Sacré-Coeur
et de la Bienheureuse Émilie Gamelin

 Qu’ils sont admirables, les moyens par lesquels la Providence dirige nos vies !

Nous ne pouvons pas toujours mener les choses comme nous le voudrions.

La Providence a ses propres voies que nous ne devrions pas entraver.

Nous nous en remettons à la Divine Providence et faisons de notre mieux.

Puissions-nous travailler de toutes nos forces et mener à bien l

es desseins de Dieu pour cette oeuvre.

La peur de se heurter à de nouvelles difficultés n’est pas un motif suffisant pour renoncer.

N’hésitons pas à poursuivre notre oeuvre; Dieu ne permettra pas qu’elle échoue.

Si elle comporte des difficultés, des épreuves et de la solitude,

elle apporte également des consolations.

N’est-ce pas la Providence qui guide toutes nos transactions avec sagesse et prévoyance?

Avec la grâce de Dieu, puissions-nous faire tout notre possible et laisser le reste à Dieu.

Nos ressources sont les trésors de la Divine Providence.

L’unité fait la force.

La Providence y pourvoira.

Puissiez-vous toujours aimer les pauvres, et puissent la paix et l’unité être toujours avec

vous. Puissiez-vous toujours avoir beaucoup de bonté et de charité envers votre prochain.

Permettez-moi de vous recommander le soin des pauvres, dans nos institutions et en

dehors. Ne craignez pas d’aider les pauvres et de les accueillir. Alors vous n’aurez

aucun regret.


Ne dites pas : “Ah! Cela ne me regarde pas; que d’autres s’en occupent !” Tout ce qui

concerne les pauvres est toujours notre affaire.

Humilité, simplicité, charité... surtout la CHARITÉ.

Arrangé par Rene Campagna, AP, 2012

Source: Archives Providence

Province Mother Joseph

2013-08-12

Origine du «O douce Providence »


170e anniversaire de la fondation de l'Institut des Sœurs de la Providence - Ô douce Providence

Le 25 mars 2013 marque le 170e anniversaire de la fondation de l'Institut des Sœurs de la Providence à Montréal. Le chant « Ô douce Providence », dont voici les origines, a depuis toujours été chanté par les Sœurs de la Providence.

 Le cantique « Ô douce Providence » (dont l’air primitif était celui de la chanson Partant pour la Syrie) a été publié, avec les sept couplets que nous connaissons,  dans un recueil de cantiques qu’on trouvait à Québec en 1819, sous la signature de l’abbé Jean-Denis Daulé.

 On sait qu’Émilie Tavernier a connu personnellement l’abbé Daulé. Alors qu’elle est en service chez une cousine de Québec (Julie Perrault-Leblond), elle écrit, le 20 mai 1820, à sa cousine Agathe Perrault-Nowlan, à Montréal : « … veuillez dire à Marguerite [Perrault] que M. Daulé a pris le thé avec nous ces jours derniers et s’est informé d’elle… »

 On ne connaît l’auteur ni des paroles, ni de la mélodie, mais ce qui est sûr, c’est qu’au temps de Mère Gamelin on le chantait selon la mélodie actuelle. (voir PDF ici-joint)

 Ce « cantique de Mère Gamelin » est resté comme l’hymne familial de la Congrégation des Sœurs de la Providence, qui veut garder bien vivante, présente et toujours agissante, la foi en la Providence.  En 1853, cet air est déjà utilisé, quand nos Sœurs partent pour le Chili.

 Pour en connaitre davantage sur les origines de l'Institut des Sœurs de la Providence: http://www.providenceintl.org/fr/histoire_historique_1845.php

Cliquer pour le chant:         O douce Providence
 
Sœur Yvette Demers, s.p.

2013-08-03

Quel exemple de compassion...

Déjà en 1843, Émilie (Tavernier Gamelin) a depuis longtemps semé la contagion autour d’elle! Les Dames de la plus haute société la secondent de leur présence et de leurs deniers, quand il s’agit des pauvres. Elles ouvrent leurs garde-robes et affirment : « on ne craint pas de donner à Madame Gamelin, elle sait si bien mettre tout à profit pour ses pauvres. » Elles continueront de l’assister et de l’aider. Et Sœur Gamelin le leur rendra bien. 

 Cette contagion, ses vieilles aussi en sont prises.. A l’intérieur de la maison de la Providence et même à l’extérieur, l’on entonne et l’on chante le cantique qui traduit si bien ce qu’en son âme Émilie vit à plein : sa confiance en la Providence. Chez elle «  la bouche parle vraiment de l’abondance du cœur! » et la confiance la pousse à toutes les audaces... Seule une âme de sa trempe pouvait rester sereine devant tant d’obligations à assumer…

 Émilie a vraiment franchi une autre étape de sa montée spirituelle, et cette générosité l’achemine vers une maternité nouvelle. Toujours animée de cette confiance en la Providence qui la caractérise, l’horizon de son dévouement s’élargit…A preuve ce chant qu'elle aimait tout particulièrement:     Hymne à la Providence

A l’œuvre des personnes âgées, elle ajoute celle des orphelines, des prêtres infirmes, des vieillards, des malades mentaux, des cholériques, des malades du typhus, des orphelins et des veuves après les épidémies. Elle continue sa visite aux prisonniers; elle assure aux écoles des institutrices; aux sourdes-muettes, des bienfaitrices; elle visite les malades à domicile, et pourvoit à la subsistance des pauvres, et à leur réconfort. L’œuvre des missions lointaines même attire son attention et sa sympathie : elle veut que sa Communauté seconde par sa prière et son travail, les évêques et les communautés qui œuvrent dans les contrées éloignées.
 
Elle est littéralement mangée par sa charité; sa force de résistance ne peut plus lutter contre l’épidémie qui sévit encore, et elle voit venir la mort comme elle l’a vue si souvent faucher ses protégés et ses pauvres autour d’elle. Entre les mains de son Évêque, entourée de ses sœurs, elle s’en remet au bon vouloir du Seigneur en laissant à ses filles du moment
et à celles de l'avenir, le sublime message : « humilité, simplicité, charité ».
 

À ce moment même éclatent les sanglots des pauvres qui perdent une vraie Mère; mais éclatent aussi les éloges de l’héroïne de la charité : Six articles publiés dans les journaux du temps sont intitulés : « La charité de la Mère Gamelin ». et l’on fait le récit de ses œuvres pour terminer avec cette une exclamation qui en dit long : « Louanges soient éternellement rendues à Dieu, l’auteur de tout don parfait, qui a donné une semblable héroïne à notre ville, un tel exemple à notre siècle! »

 Et cette femme que le peuple loue, que le peuple pleure, c’est Émilie Tavernier Gamelin, celle-là même qui veille sur son peuple au métro Berri-Uquam, à Montréal, sur les lieux même de son Asile de la Providence.

 

2013-07-23

MÈRE GAMELIN- MÉTRO: STATION BERRI-UQAM

L'une des oeuvres du métro, cette sculpture humaine et accueillante est un don des Soeurs de la Providence, la communauté de Mère Gamelin. Elle fut inaugurée le 25 mai 2000 en commémoration du bicentenaire de sa naissance ainsi que la rénovation de l'édicule Sainte-Catherine, situé dans la Place Emilie-Gamelin, emplacement de l'Asile de la Providence qu'elle fonda.
C'est l'une des deux seules statues figuratives du métro (l'autre étant Jacques Cartier de Joseph-Arthur Vincent à Place Saint-Henri) et la seule créée pour le métro. Sise sur une basse plate-forme, la statue montre la Mère Gamelin tendant la main aux pauvres.
Les passagers lui serrent parfois la main, devenue ainsi un peu usée. Effectivement, la statue s'est transformée en quelque sorte en lieu de dévotion où les fidèles distribuent parfois des dépliants au sujet de la Mère Gamelin. Surnommée "La Providence des pauvres" et "l'Ange des prisonniers", madame Emilie Tavernier-Gamelin (1800-1851) deviendra mère Gamelin et l'une des femmes les plus remarquables de l'histoire de Montréal.
Femme d'action et de compassion, elle sera particulièrement active dans plusieurs refuges qu'elle ouvre sur la rue Sainte-Catherine. C'est d'ailleurs à l'angle de la rue St-Hubert qu'est construit en 1843 l'Asile de la Providence, à l'endroit même où est située la Place qui porte maintenant son nom.
Parmi les nombreuses initiatives de la Mère Gamelin, "l'Oeuvre de la soupe" avait ici porte ouverte. De 1843 à 1962 pendant 120 ans, des millions de bols de soupe seront distribués aux affamés et aux sans-travail à l'Asile de la Providence.

L'ARTISTE
Né à Saint-Cyrille-de-l'Islet en 1926, Raoul Hunter est diplômé de l'Ecole des beaux-arts de Québec et de l'École nationale supérieure des beaux-arts de Paris. Il est l'auteur de nombreuses oeuvres sacrées et profanes que l'on peut admirer aux quatre coins du Québec.

LE MONUMENT
Vêtue du costume de sa communauté, Mère Emilie Gamelin est représentée en pleine action, portant à son bras un panier de vivres destinés à soulager la faim et la misère des oubliés de son temps. Le mouvement accentué de sa démarche rappelle son grand dynamisme et sa générosité envers autrui. Mère Gamelin n'est pas représentée sur un socle élevé, elle se trouve parmi les passants. Son sourire témoigne de son ouverture sympathique. La statue symbolise l'apport de Mère Gamelin à la vie sociale du Montréal de son temps et d'aujourd'hui. Elle commémore le bicentenaire de sa naissance (19 février 1800-2000).

LE MESSAGE
Émilie Gamelin, placée sur son socle, à ras du sol, au niveau même des gens qui circulent, attire et livre un message de fraternité, de partage, d'amitié.  Nombreux sont ceux qui s'arrêtent, touchent à sa main tendue, la regardent dans les yeux et lui murmurent une prière, un désir ou restent là dans le silence et reprennent ensuite leur chemin.
Le geste de compassion, exprimé par la main tendue, par le mouvement de marche, le panier au bras, au coeur de son quartier où elle a vécu, travaillé, marché pour aller vers ses amis, les pauvres, les sans-travail, les malades, les prisonniers, ce geste, oui, nous invite à porter attention aux personnes qui nous encourent, à poursuivre l'oeuvre charitable et sociale d'Émilie, dans nos milieux respectifs, à garder le coeur et les yeux ouverts sur les besoins de nos contemporains, atteints dans leur vie familiale, dans leur travail, dans leur corps. Émilie est là et parle à notre coeur!

Cet article avait été publié en février 2007 et a été lu 138 fois.



2013-07-17

Hommage à Émilie Gamelin

Rendons hommage à Émilie Gamelin en visionnant cette vidéo et en écoutant ce chant composé en son honneur....

Gloire au Seigneur qui fit merveille


Gloire au Seigneur qui fait merveilles :

Dieu Providence!

Aujourd’hui, nos cœurs sont en fête

Pour le choix de son amour. (bis)
 
 
1.- Écoutons la voix du souvenir,
laissons parler Émilie, notre Mère.
À la suite de Jésus,
À l’exemple de Marie,
Elle a été Providence des petits.
 
 
3- Émilie, tu parles à notre cœur,
tu as voulu t’approcher des plus pauvres.
Ton amour allume en nous
un grand feu de compassion
nous répandrons la tendresse de Jésus.
 



6- Émilie, tu parles à notre cœur,
tu continues ta mission de service.
Le couvert est toujours prêt,
Pour tous ceux qui ont besoin,
La Providence reçoit tous ses enfants.
 
 
 

2013-06-06

Providence: doigt de Dieu dans notre vie quotidienne...

En tant que personnes qui souscrivent aux valeurs Providence, nous avons le défi d’interpréter l’expression ''lire les signes des temps'' dans le sens d' essayer de voir le doigt de Dieu au centre de la vie et des événements du quotidien (P.Ron Rolheiser,omi).  Quelle chance pour nous que la Providence soit au cœur de notre spiritualité, au cœur de notre mission, au cœur de notre vie! Nous sommes appelées à vivre la Providence comme un Mystère sacré présent avec nous, dans toutes les circonstances de notre vie et de celle des autres : joies et souffrances, santé et maladie, paix et conflits, obscurité et lumière. Voilà mon défi; voilà notre défi.

Grâce à notre confiance en la Providence, nous croyons être exactement là où nous sommes censées être. Nous sommes confiantes d’avoir tout ce qu’il nous faut, pour peu que nous reconnaissions et mettions à profit les ressources qui nous sont fournies par la Providence de Dieu. Nous croyons en notre appel à servir ceux et celles qui ont besoin de notre aide...

Dieu répond par nous et en nous, par les personnes que nous servons et à travers elles. Nous croyons fermement que notre mission nous demande d’être attentives aux signes que Dieu nous révèle et d’y répondre avec compassion, d’y répondre avec le cœur de la Providence, en gardant à l’esprit notre interdépendance avec l'autre, pour voir l’action de Dieu, l’identifier et y répondre dans les événements ordinaires et extraordinaires de notre vie et de celle des autres que nous sommes appelées à servir. Il est également important de regarder les événements qui se produisent dans l’Église, dans nos nations, sur notre terre et dans notre univers à travers la lentille de la Providence.

Selon James P. Mackey  « La Divine Providence est la conspiration de hasards par laquelle Dieu parle. » Quelle merveilleuse façon d’envisager tout ce qui arrive! Ce que nous percevons comme des hasards, ce sont en fait les canaux par lesquels Dieu nous parle, nous pousse du coude et nous force à répondre. L’écoute contemplative, le dialogue et le discernement sont nécessaires si nous voulons être vraiment attentives au mystère de la Providence à l’œuvre en nous.

P. Rolheiser ajoute quelques questions :
 (1) Quand nous essayons de lire les « signes des temps collectifs », c'est-à-dire quand nous essayons d’identifier ce qui se passe dans le monde et dans l'Église, ai-je la certitude que nous lisons les signes des temps correctement?

(2) Comment pouvons-nous, tant par notre fidélité personnelle que par notre image publique, faire rayonner davantage le fait que notre charisme émane d'une foi profonde en la Providence?

''Que Yahvé te découvre sa face et t’apporte la paix!" (Nombres 6,24-26)

Adaptation du texte de sœur Karin Dufault, leader congrégationnelle des Sœurs de la Providence, publié dans le Bulletin des Associées & Associés Providence
 
Cette belle réflexion nous concerne tous et nous fait prendre conscience que nous ne sommes jamais seules.

2013-05-14

« Walt Disney » dans les Archives Providence à Montréal?


2013-02-20

Le St. Joseph Hospital, à Burbank: un hôpital touché par la magie de Disney

« Quoi ? Walt Disney dans les Archives Providence de Montréal ?! »

 Quand j’ai vu pour la première fois la mention « Walt Disney » dans les Archives Providence, je me suis arrêtée pour lire une deuxième fois. Quoi ? Walt Disney dans mes archives ?! Je dis « mes » archives, je pourrais dire  « les archives de mes patronnes » mais, après onze ans chez les Sœurs de la Providence, je les considère un peu comme les miennes. Par souci de fidélité, rectifions donc un peu le tir : « Quoi ? Walt Disney dans les Archives Providence de Montréal ?! ». Il s’agit de belles photos en noir et blanc représentant une cérémonie de première pelletée de terre. Sur ces images, Sœur Agnes of the Sacred Heart, la supérieure du St. Joseph Hospital de Burbank, en Californie, se trouve aux côtés du grand Walt Disney. Étant une fan de l’homme et de son œuvre, je me suis apprêtée à en savoir plus sur cette relation entre les Sœurs dela Providence et Disney.

  Pour avoir accès au texte intégral incluant les photos, cliquez sur le document PDF ici-bas.

Voir le PDF associé à cette nouvelle